En cours de chargement

En cours de chargement

Eco 360

Votre synthèse mensuelle de l'actualité économique et financière internationale et française proposée par le service études économiques de La Banque Postale.

Toujours beaucoup d’incertitude sur le plan sanitaire à court terme


La situation sanitaire reste toujours très tendue dans de nombreux pays, notamment en Europe. Les contraintes mises en œuvre pour lutter contre l’épidémie vont continuer à peser sur l’activité début 2021.
Si cela fragilise à court terme la reprise économique, voire la diffère, la perte d’activité, surtout circonscrite à certains secteurs, n’est pas comparable pour l’instant à celle observée lors du premier confinement.  

Le dynamisme de la Chine a aussi bénéficié aux pays émergents même si la situation économique diffère beaucoup d’un pays à l’autre au sein de cet ensemble.

Un fait marquant est la résilience de l’industrie. Les enquêtes de conjoncture de décembre dans ce secteur font état d’un niveau d’activité relativement élevé fin 2020. Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs : la croissance soutenue de la Chine, une augmentation des stocks par crainte d’un Brexit dur au Royaume-Uni et d’une manière plus générale un certain rattrapage de la production après plusieurs mois d’activité très ralentie au printemps. Il n’est donc pas impossible que la dynamique industrielle s’émousse un peu dans les mois à venir. C’est d’ailleurs ce que l’on commence à observer en Chine.

L’Empire du Milieu ressort malgré tout pour l’instant comme le grand gagnant de la crise sanitaire.
Même si le nombre de cas a probablement été grandement  sous-estimé lors du pic de l’épidémie début 2020, la Chine a réussi à contenir cette dernière. Cela a constitué un atout majeur dans la compétition mondiale, ce qui lui a permis de gagner des parts de marché en dépit d’un yuan plus fort et d’élargir son excédent extérieur. Le dynamisme de la Chine a aussi bénéficié aux pays émergents même si la situation économique diffère beaucoup d’un pays à l’autre au sein de cet ensemble.

Outre-Atlantique, Joe Biden et le parti démocrate vont finalement bénéficier de marges de manœuvre politiques  suffisantes pour mettre en place une politique budgétaire de soutien à l’économie. Certains analystes évoquent même l’idée que l’inflation pourrait finir par accélérer fin 2021 ou en 2022. A court terme, le principal défi pour la nouvelle administration sera de maîtriser l’épidémie. La montée en puissance rapide de la campagne de vaccination fournit cependant un espoir pour la seconde partie de l’année. 

Le rebond du prix du pétrole depuis deux mois (il a dépassé les 50$ le baril) illustre bien cette anticipation de perspectives économiques meilleures. Mais conscients des risques à court terme, les pays producteurs vont continuer à contenir leur production dans les semaines à venir.