La Banque Postale, 16 ans de développement : 

La Banque Postale est née le 31 décembre 2005 de la transformation juridique d’Efiposte, entreprise d’investissement créée en 2000 afin d’assurer la gestion financière des encours de dépôts à vue de La Poste, et de sa volonté de créer une filiale à statut bancaire ayant la capacité de porter dans son bilan la totalité des dépôts de la clientèle d’une part, et les crédits d’autre part. En application de l’article 16 de la loi n° 2005-516 du 20 mai 2005, précitée, et de son décret d’application du 30 août 2005, La Poste, établissement public industriel et commercial (EPIC), a transféré à La Banque Postale, avec effet au 31 décembre 2005, l’ensemble des biens, droits et obligations de toute nature liés à ses services financiers, y compris les participations, à l’exception, le cas échéant, de ceux nécessaires aux activités qu’elle exerçait directement. 

La loi dite « postale » de 1990 et révisée en 2010 a confié à La Poste quatre missions de service public dont l’accessibilité bancaire, exercée par sa filiale La Banque Postale. En application de l’article L. 518-25-1 du Code monétaire et financier, cette mission est encadrée et précisée par deux conventions conclues avec l’État : le contrat d’entreprise entre l’État et La Poste (2018-2022) et la convention entre l’État et La Banque Postale (2015-2020). 

À ce titre, La Banque Postale  :

  • A l’obligation d’ouvrir gratuitement un Livret A à toute personne qui en fait la demande, selon un principe dit « d’universalité » ;
  • Autorise la domiciliation sur le Livret A des versements relatifs aux prestations sociales et aux pensions des agents publics et des prélèvements relatifs au paiement des impôts et taxes, des quittances d’eau, de gaz et d’électricité et aux loyers HLM ;
  • Autorise les retraits et dépôts sur le Livret A à partir de 1,50 euro.
  •