Le rêve américain - L'Eco 360 de mai 2021

Votre synthèse mensuelle de l'actualité économique et financière internationale et française proposée par le service études économiques de La Banque Postale.

  • #Etudes économiques
Lecture 2 min

La trajectoire récente de l’économie américaine est impressionnante, dopée par les stimulii budgétaires. Le PIB a ainsi fortement progressé au 1er trimestre, tirée par la consommation des ménages. Ces derniers conservent cependant une épargne très importante au regard des normes historiques. Tout porte à croire que le trimestre en cours sera aussi marqué par une forte croissance, avant qu’une décélération intervienne ultérieurement. Ces évolutions questionnent naturellement sur l’orientation de la politique économique. Les investisseurs continuent à s’interroger sur les risques de surchauffe, même si les taux d’intérêt américains se sont un peu tempérés ces dernières semaines. Cela a contribué à renforcer un peu l’euro contre la monnaie américaine. 

Si la France a connu une petite croissance au 1er trimestre, cela tient surtout à un effet de base lié à l’impact négatif qu’avait eu sur l’économie le confinement de novembre.

Au contraire, dans la zone euro, les contraintes sanitaires ont encore pesé sur l’activité début 2021, ce qui s’est traduit par une contraction du PIB. L’accélération des campagnes de vaccination, très en retard par rapport aux Etats-Unis, est cependant porteuse d’optimisme pour les mois à venir. L’industrie européenne bénéficie clairement de la reprise de l’économie mondiale. Le plan de soutien européen, qui s’étale sur plusieurs années, va très être effectif au second semestre. Cela soutiendra la croissance sans forcément influer de façon déterminante sur la trajectoire, compte tenu de son ampleur plus limitée que les mesures prises outre-Atlantique. Si la France a connu une petite croissance au 1er trimestre, cela tient surtout à un effet de base lié à l’impact négatif qu’avait eu sur l’économie le confinement de novembre.

En Chine, la progression des chiffres sur un an est évidemment impressionnante, puisque l’épidémie avait gelé en partie l’activité économique début 2021. Mais en rythme instantané, la progression du PIB a été mesurée au 1 er trimestre, signe que la période de rattrapage est derrière nous. Les autorités ont désormais plus en vue des objectifs de long terme (environnement, équilibres financiers). 

Au Japon, l’activité s’est raffermie ces derniers mois mais la mise en œuvre de nouvelles contraintes sanitaires dans certaines régions pourrait peser.

Dans les pays émergents la situation économique et sanitaire reste contrastée. Le développement rapide de l’épidémie dans certains pays, qui prend une tournure particulièrement dramatique en Inde, pourrait constituer un frein à la reprise mondiale.

Le redressement de l’activité économique continue à se traduire par des tensions sur les prix des matières premières et des goulets d’étranglements pour la production de certains composants. Mais pour l’instant la diffusion de ces renchérissements aux stades en aval reste limitée.

Solutions associées