L’industrie des semi-conducteurs : entre forte demande et contraintes d’offre - Le Rebond du 09 septembre 2021

Avant la crise sanitaire, l’industrie des semi-conducteurs avait vécu une année 2019 assez difficile. Cela tenait à l’essoufflement de certains marchés (repli des ventes d’ordinateurs), à un contexte international compliqué (tensions commerciales sino-américaines) et à un essoufflement de l’économie mondiale (le commerce mondial se repliait). L’épidémie de Covid-19 a naturellement affecté par la suite le monde des semi-conducteurs, comme d’autres secteurs industriels. Mais un net rebond est intervenu dès le printemps 2020. Le point haut de la production mondiale de semi-conducteurs datant d’octobre 2018 a ainsi été dépassé en mai dernier.

  • #Etudes économiques
Lecture 2 min

Une des raisons de ce surcroît de demande est le redressement spectaculaire des ventes d’ordinateurs qui reculaient depuis quasiment une décennie. Le marché mondial a crû de 12,9 % en 2020, une hausse qui s’est poursuivie début 2021.

Face à une demande en forte hausse, les industriels peinent à répondre. Ce sont surtout les fonderies qui constituent le principal goulet d’étranglement, avec des capacités de production qui tourneraient quasiment à 100 % à Taiwan, en Corée du Sud ou aux Etats-Unis.

Ces difficultés se sont traduites par des tensions d’approvisionnement qui ont particulièrement pénalisé les principaux constructeurs automobiles.

L’industrie des semi-conducteurs est devenue stratégique, au niveau des entreprises comme sur le plan géopolitique. La Chine est appelée à devenir un acteur incontournable. 

Une interrogation porte sur les progrès technologiques de cette industrie, qui nécessitent à la fois beaucoup de recherche-développement et des investissements en capital colossaux. La baisse des prix des composants électroniques a été un élément clef dans la dynamique de désinflation des biens de consommation depuis 20 ans. Il n’est pas sûr que cette tendance se prolonge indéfiniment.

Solutions associées