Italie : de la crise sanitaire aux défis économiques - Le Rebond du 16 juillet

Durement éprouvée par la crise, l’Italie devra faire faire face à un triple défi dans les années à venir.

  • #Etudes économiques
Lecture 2 min
  • L’Italie a payé un lourd tribut à la crise sanitaire, avec un nombre de décès cumulés par million d’habitants nettement supérieur à celui de la France ou de l’Allemagne. Cela s’est traduit par l’adoption par le gouvernement d’un ensemble de contraintes qui ont été plus marquées que dans d’autres pays européens.

 

  • Au 1er trimestre 2021, le niveau du PIB était inférieur de 6,4 % par rapport à fin 2019, une perte d’activité un peu plus marquée par rapport à l’ensemble de la zone euro (5,1 %).
  • Les résultats financiers des entreprises italiennes ont naturellement fortement souffert de la crise. Cependant, début 2021, même si l’excédent brut d’exploitation était encore un peu inférieur au niveau de fin 2019, le taux de marge s’était nettement redressé. Après plusieurs années de réduction de leur endettement les entreprises italiennes ont par ailleurs retrouvé le chemin du crédit, sous l’effet notamment d’un programme de prêts garantis par l’Etat très offensif.
  • L’Italie doit répondre dans les années à venir à trois défis majeurs : une population déclinante, un manque de dynamisme de la productivité et des comptes publics dégradés. L’Italie sort de la crise sanitaire avec une dette publique très élevée. Le sort de l’Italie apparaît ainsi plus que jamais entre les mains de la BCE..., ce qui n’est sans doute pas sans effet sur les décisions de cette dernière.