Une économie mondiale à plusieurs vitesses - L'ActuECO de février 2021

  • #Etudes économiques
Lecture 2 min

Malgré une détérioration de la situation sanitaire dans de nombreux pays, l’année 2020 s’est terminée moins mal que redouté sur le plan économique. La mise en place de nouvelles contraintes sanitaires paraît toutefois avoir pesé sur l’activité au début de cette année. 

  • L’activité industrielle résiste plutôt bien même si les données les plus récentes font état d’un certain effritement. Ce sont surtout les services aux ménages qui souffrent le plus des mesures restrictives mises en œuvre dans de nombreux pays. C’est particulièrement le cas en Europe. L’apparition de variants oblige les gouvernements à restreindre les interactions sociales.
  • Outre-Atlantique la croissance a ralenti en fin d’année mais globalement l’économie américaine est moins pénalisée que celle de la zone euro par les contraintes sanitaires. Le soutien budgétaire est aussi impressionnant. Le déficit de l’Etat a été de 17 % du PIB en 2020. A tel point que le revenu des ménages a fortement augmenté, bien que l’économie américaine ait perdu environ 10 millions d’emplois.
  • De son côté, la Chine a réussi à connaître une progression de son PIB en 2020 malgré la crise sanitaire, grâce notamment au dynamisme de ses exportations. L’activité serait toutefois un peu moins dynamique récemment.
  • Dans un contexte incertain, les banques centrales se montrent finalement prudentes, conservant toute liberté pour adopter leur politique monétaire.
  • A un horizon de six mois la question de la vaccination est cruciale : si une certaine immunité collective est obtenue à la fin de l’été, la conjonction d’un regain de confiance des agents économiques et du soutien des politiques économiques pourrait occasionner une croissance soutenue. C’est toujours le pari que font les investisseurs financiers.

Solutions associées