ACTUALITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE

Décryptez chaque semaine l'actualité et les grandes tendances économiques

Sur les rails…

Le paysage économique reste peu ou prou similaire à celui observé ces dernières semaines. L’économie américaine continue à créer des emplois (déjà sept ans que cela dure !) mais sans que les salaires accélèrent. Du coup, bien que les perspectives de normalisation monétaire se généralisent, les taux d’intérêt à long terme restent à des niveaux très bas (0,62 % à la fin de la semaine pour le rendement de l’OAT 10 ans) faute de signal fort du côté de l’inflation.
Du côté de la Chine, les dernières enquêtes de conjoncture ne montrent pas de nouvel infléchissement de la croissance et l’atterrissage du marché immobilier se fait plutôt en douceur.

Du coup, les bourses se tiennent toujours bien. Cette semaine, elles ont été soutenues par un accord sur une nouvelle règlementation bancaire en matière d’exigence de capital, dite « Bâle III ». L’accord entre les négociateurs britanniques et ceux de l’Union européenne sur les termes du « divorce » a constitué un autre de soutien pour les places européennes, même si cet accord reste encore flou concernant certaines dispositions (notamment sur la question de la frontière irlandaise).

Du côté des changes, l’euro s’est un peu affaibli contre le dollar, ce dernier ayant été soutenu par les nouvelles en provenance des Etats-Unis : le vote du Sénat sur la réforme fiscale, de solides indicateurs économiques et le report de deux semaines de l’échéance du plafond de la dette.

Enfin, le prix du pétrole se maintient au-dessus de 60$ le baril. Une inflexion probable reste cependant à mentionner : celle du marché immobilier français. Des dispositions fiscales un peu moins attrayantes, des prix élevés et des taux d’intérêt ayant atteint leur limite à la baisse devraient susciter un refroidissement du marché l’an prochain. 

 

ARCHIVES