ACTUALITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE

Décryptez chaque semaine l'actualité et les grandes tendances économiques

Grand écart entre les politiques monétaires de part et d’autre de l’Atlantique

Les politiques monétaires de part et d’autre de l’Atlantique paraissent de plus en plus diverger. Cette semaine, la Réserve fédérale américaine a de nouveau augmenté son taux directeur de 25 points de base, ciblant une fourchette entre 1,75 et 2 %. En outre, elle envisage désormais de procéder à deux hausses supplémentaires d’ici la fin de l’année.

Par contre, la BCE est apparue beaucoup plus prudente. Elle a bien annoncé qu’elle comptait mettre fin à son programme d’achats d’actifs d’ici la fin de l’année mais elle a surtout indiqué que ses taux directeurs seraient maintenus à leur niveau actuel au moins jusqu’à la fin de l’été 2019. Certes, la croissance s’est affaiblie depuis le début de l’année dans la zone euro et l’arrivée au pouvoir en Italie d’un gouvernement au programme dispendieux a été source de secousses sur les marchés financiers. Mais il est un peu étonnant que la BCE s’engage sur une période aussi longue. Cette asymétrie des politiques monétaires a naturellement pesé sur l’euro cette semaine tandis que les rendements des emprunts d’Etat des pays de la zone euro ont baissé, avec notamment un repli spectaculaire pour l’Italie. L’affaiblissement de l’euro a soutenu les Bourses européennes, avec un rebond très net de la place de Milan.

L’actualité économique a aussi été marquée par le statu quo adopté par la Banque du Japon, face au tassement de l’activité observé dans l’Archipel depuis le début de l’année. En Chine, les indicateurs les plus récents font bien état d’un freinage de la croissance mais celui-ci reste très limité. Enfin, la fermeté du billet vert a pesé sur le cours du pétrole libellé en dollars. Les opérateurs sont dans l’attente de la réunion de l’Opep qui se tiendra à la fin de la semaine.

 

ARCHIVES