Actifs échoués… Comment garder le cap ? - Le Rebond du 17 août 2021

Alors que le réchauffement climatique est confirmé par un nouveau rapport du GIEC, les états et les entreprises se mettent en situation de réduire leur empreinte carbone. D’après le rapport « New Climate » 2020, plus de 1,500 entreprises, représentant 11 trillions de chiffre d’affaires et 19 millions d’employés ont fixé des cibles « zéro émission nette ».

  • #Etudes économiques
Lecture 2 min
  • Dans le contexte de transition énergétique, les entreprises du secteur de l’énergie sont les plus confrontées au risque de dévalorisation de leurs actifs dans le futur en raison d’évolutions réglementaires ou de changement de contexte financier (prix du pétrole ou du carbone par exemple).
  • Dans ce secteur, la feuille de route « Zéro émission nette » de l’IEA fait apparaître des différences importantes de projections entre ce qui est prévu par les entreprises et les Etats en termes de production d’hydrocarbures et ce qui serait requis pour respecter lesréductions d’émission nécessaires pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Ce décalage suggère l‘existence d’un risque important de dévalorisation des actifs des entreprises concernées.
  • En conséquence, le secteur financier pourrait également être exposé significativement à ces actifs en risque via les investissements dans les entreprises concernées. Les régulateurs ont pris conscience de l’enjeu et commencent à développer des travaux de reporting leur permettant de mieux cerner ces risques.