Résilience du marché de l’ancien en 2020 malgré la crise sanitaire - L'ImmoTrend de janvier 2021

Nos économistes analysent les tendances récentes et les perspectives du marché du logement et du crédit à l'habitat.

  • #Etudes économiques
Lecture 2 min

A la sortie de confinement au printemps 2020, les transactions dans l’ancien ont connu un redressement qui s’est prolongé tout au long du second semestre. Le marché de l’ancien s’est montré très résilient avec une moindre baisse du volume de transactions qu’anticipé en début de crise. Les prix dans l’ancien, reflétant ce marché dynamique, ont encore progressé de manière soutenue mais une décélération progressive d’un trimestre à l’autre a été observée depuis le début de l’année. Du côté du neuf, les mises en chantier dans la construction résidentielle se sont effritées à la suite du reconfinement et la commercialisation de logements neufs peine à se relever des conséquences de la crise sanitaire. En outre, le ralentissement de la progression des prix dans le neuf semble se poursuivre.

Courant 2021, on pourrait observer un effritement du volume de transactions et des prix même si le coût du crédit restait attractif.

La production de crédits nouveaux a connu un redressement au terme du 3e trimestre 2020 après un creux au mois d’août. Par ailleurs, la baisse du taux moyen des crédits immobiliers amorcé au mois de juillet s’est prolongée jusqu’en fin d’année. De fait, les conditions d’octroi restent globalement attractives malgré le durcissement des critères opéré par les banques.

Courant 2021, on pourrait observer un effritement du volume de transactions et des prix même si le coût du crédit restait attractif. Cela tiendrait aux effets retardés de la détérioration de la situation économique liée à la crise sanitaire. Les banques pourraient légèrement assouplir les critères d’octroi de crédits habitats à la suite des nouvelles recommandations des autorités prudentielles.

Solutions associées